Je m’voyais déjà (1960)

CHARLES.AZNAVOUR« Je m’voyais déjà en haut de l’affiche… En dix fois plus gros que n’importe qui mon nom s’étalait… » Vous êtes nombreux à me connaître et à me fredonner parfois, mais vous ne savez pas tout de mes origines !

Je suis née en 1960. Mon parolier et compositeur, Charles Aznavour est encore méconnu du grand public lorsqu’il écrit mon texte. Après 10 ans de duo avec Pierre Roche, il se produit seul sur scène depuis quelques années, mais ses débuts sont difficiles et les critiques particulièrement virulentes… Ce n’est pourtant pas sa propre carrière qui lui inspirera mon texte : contrairement à ce que l’on pourrait penser, je ne suis pas une chanson autobiographique !

Je vois le jour en Belgique, à Bruxelles plus précisément, dans un bar de la place de Brouckère où mon auteur passe la soirée. Devant lui, se produit un jeune chanteur vêtu d’un complet bleu qui, sachant Charles Aznavour dans la salle, en fait des tonnes et… lui inspirera la chanson !

Sur cette soirée il confiera d’ailleurs : « C’était, je ne dirai pas pénible, mais plutôt émouvant parce qu’on sentait qu’il donnait tout ce qu’il pouvait donner, mais il n’avait rien à donner… Mais moi, j’écoute toujours attentivement les gens, je ne me moque jamais d’un artiste, même s’il est ridicule et mauvais, parce que je trouve que le ridicule c’est triste, c’est plutôt dramatique. Et en rentrant, j’ai écrit la chanson« , (Charles Aznavour, Non je n’ai rien oublié, par Raoul Bellaïche).

De retour à Paris, Charles Aznavour me propose à Yves Montand qui refuse de m’interpréter, prétextant que les chansons sur le métier n’ont aucune chance de plaire… Autant dire que je saurai lui donner tort par la suite !

Tête d’affiche de l’Alhambra le 12 décembre 1960, Charles Aznavour croit en moi et décide de m’inscrire à son tour de chant. Il m’offre même une mise en scène : vêtu d’un complet bleu Ted Lapidus, il se débarrasse peu à peu de sa cravate, de sa veste, et de ses boutons de manchettes sur les sept chansons précédentes pour se rhabiller sur mon texte. Alors que l’accueil de la salle était plus que réservé – pour ne pas dire glacial – j’offre alors à mon auteur un véritable triomphe !

Chanson incontournable du répertoire de Charles Aznavour, je suis fière d’être devenue un hymne repris régulièrement par de nombreux jeunes artistes.

A lire également :

« Paris au mois d’août et en chanson avec Charles Aznavour »

 Les chansons se racontent : « Les Lacs du Connemara » (1981)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>